Archive pour la catégorie ‘Bon à savoir’

Tout n’est que com’

Mercredi 16 septembre 2009

Une histoire déprimante ou encourageante, suivant les points de vue.

Discussion avec un anesthésiste de l’hôpital de passage à la bibliothèque.

Je lui demande s’il y a des revues dans sa spécialité auxquelles nous pourrions nous abonner.

Il me parle de l’AFAR, la référence française en matière d’anesthésie-réanimation. Une revue qui n’a cessé de s’améliorer ces dernières années (dixit notre homme), et que tout le monde veut lire dans son service. Il ont bien un abonnement dans leurs bureaux, mais ils sont trente, et le numéro à peine paru s’arrache entre les différents praticiens. Du coup, notre docteur ne peut souvent pas lire le dernier opus, faute de l’avoir vu passer.

Que nenni, je lui dis qu’on peut peut-être demander un abonnement électronique. Comme ça, les gens du service qui ont aussi des identifiants de la fac pourront tous lire en ligne en même temps leur revue préférée.

Et là, stupéfaction : l’AFAR est dans nos abonnements électroniques, disponible depuis 1996 ! Saut que personne n’a l’air au courant au service anesthésie (le cœur de cible, pourtant) – alors que notre accès distant existe depuis bientôt deux ans…

Il y a encore du boulot ! C’est ça qui est à la fois enthousiasmant (on se sent utile) et déprimant (on engloutit des milliers d’euris dans des ressources électroniques dont les premiers intéressés ignorent l’existence).

Comme quoi, les ressources électroniques sans une bonne grosse tranche de com’ par-dessus, ça ne sert pas à grand chose… Faute de mieux, il faut alpaguer toutes les blouses blanches de passage dans la bib pour leur faire l’article de nos ressources. C’est chronophage, un peu déprimant, mais drôlement intéressant, et pour nous, et pour eux (enfin, j’espère !).

  • Share/Bookmark

Valider l’information médicale sur Internet

Mercredi 1 juillet 2009

Intéressant plugin Firefox, à signaler aux étudiants en médecine, aux médecins et aux patients (au moment où sort l’excellente version 3.5 du panda roux) :

Le plugin HON Code

Comme son nom l’indique, cette extension est liée à la fondation suisse HON (Health on Net), chargée par notre haute autorité de Santé (HAS) de certifier les sites médicaux qui en font la demande. Pour rappel, les sites qui sollicitent et obtiennent la certification HON s’engagent à respecter une charte de 8 critères de fiabilité et transparence (citation des sources de l’information, de la qualité des rédacteurs, des éventuels conflits d’intérêt, du secret médical, etc.).

Une fois l’extension installée, vous bénéficiez, entre autres :

- d’une icône HON Code qui se rajoute dans le haut du navigateur, et qui « s’allume » discrètement quand vous naviguez sur un site certifié ;

- d’une icône HON Code devant chaque résultat d’une page Google correspondant à un site certifié.

Très pratique pour choisir tout de suite des sites de confiance !

Et vous, vous connaissez d’autres extensions Firefox utiles en médecine ?

  • Share/Bookmark

Les jours à risque en BU de médecine

Lundi 22 juin 2009

En bibliothèque de médecine, il y a des jours différents des autres.

Bien souvent, nos étudiants sont très attachés à leurs bibliothèques. C’est là qu’ils suent sang et eau pendant 6 ou 7 ou 8 ans avant de décrocher leur internat. Alors quand ils franchissent une étape, ils aiment bien la fêter, si possible à la bibliothèque, lieu hautement symbolique.

Ce qui n’est pas pour arranger nos affaires.

La date à risque est par définition le soir du dernier jour de l’ECN. Les étudiants sont alors tentés de débouler en BU avec force bouteilles de bière et enceintes pour célébrer la fin du calvaire. La fiesta qui s’ensuit présente de nombreux désavantages  : tapage qui empêche les autres étudiants de travailler, projections de liquides et autres détritus qui font le délice des équipes de ménage du lendemain matin, acrobaties diverses qui envoient parfois certains candidats… aux urgences toutes proches, où ils se font tancer par leurs compères de garde !

Autre date à risque : le premier soir de l’amphithéâtre dit « de garnison« , où les futurs internes choisissent enfin leur spécialité. Les premiers reçus, qui décrochent donc la spécialité de leur choix, sont heureux d’aller fêter cela à la bibliothèque. Les autres soirs sont plus calmes : quand on est moins bien classé et qu’on a pas eu la spécialité qu’on souhaitait, on est moins guilleret !

  • Share/Bookmark

Les filtres de PubMed

Vendredi 5 décembre 2008

Aujourd’hui, je profite de la réinscription d’un lecteur en banque de prêt pour lui présenter nos ressources électroniques. Ledit lecteur, un jeune chef de clinique, en profite pour me demander si notre université propose un filtre pour PubMed, à l’image de ce que fait l’APHP.

Effarement de ma part. Je ne vois pas du tout de quoi il parle. Et là le jeune professionnel de m’expliquer qu’il est possible de paramétrer dans son compte MyNCBI des filtres correspondant à l’institution dont on dépend.

Démonstration en image : je me connecte sur mon compte MyNCBI (que j’ai créé depuis longtemps, hein, comme tout bon médecin qui se respecte, et qui utilise PubMed quotidiennement).

Au milieu de la page, il y a la rubrique « Search Filters« . PubMed s’étonne, à juste titre, que je n’ai encore sélectionné aucun filtre, alors il me propose d’en ajouter. Je clique sur « Add Some » (ce qui me rappelle Duke Nukem et son « Come Get Some« , mais ceci est une autre histoire).

Bon, je sais, mes captures d’écran sont rikikis…

PubMed me demande ensuite sur quelle base je veux ajouter des filtres. Je choisis PubMed, bien évidemment, puisque c’est le sujet de la démonstration d’aujourd’hui (mais ce n’est que la première proposition en haut à gauche, il en existe plein d’autres, comme d’habitude avec la National Library of Medicine).

 On va dire que je suis un professionnel de l’APHP, par exemple, et que l’ordinateur de mon bureau est branché sur le réseau de cette vénérable institution. Je tape « assistance » dans la fenêtre de recherche, et je trouve le filtre « Assistance publique hôpitaux de Paris« . Je coche les deux cases tout en bas :

- la première rajoutera un onglet « APHP » à mes résultats de recherche dans PubMed. Si je trouve par exemple 25 000 références d’articles sur un sujet, dans l’onglet « APHP » je ne verrai plus que les articles parus dans des revues en ligne auxquelles est abonnée l’APHP (et pour lesquelles j’ai donc accès au full text en PDF depuis mon poste) ;

- la deuxième rajoute une icône APHP au bas des notices de résultats qui correspondent à un article paru (aussi) dans une revue à laquelle l’AP est abonnée (et si je clique sur l’icône, le PDF m’arrive tout cuit – toujours si je suis sur mon poste APHP, hein !).

Ci-dessous, une page de résultats (22 000 articles), avec deux onglets qui filtrent : l’un les ressources d’une université parisienne (4 300 résultats) et celles de l’APHP (le deuxième onglet, 1 600 références)

Ci-dessous, un exemple de résultat avec l’icône APHP qui pointe vers le PDF.

Bon, comme vous le voyez ci-dessus (ou pas, c’est tout petit), l’onglet APHP apparaît comme « ifrhplib » – on fait plus intuitif… Quant au premier onglet sur mes captures d’écran, il correspond aux ressources auxquelles sont abonnées les bibliothèques de l’université Paris 6 (UPMC) – choix totalement aléatoire dû à une main innocente que nous ne nommerons pas.

  • Share/Bookmark

Une extension Firefox pour le formateur

Lundi 27 octobre 2008

Être formateur en bibliothèque, cela implique de mettre sur pied des diaporamas pour une multitude de sujets. Car quand on présente les ressources de son portail, ou divers sites Internet à des étudiants, mieux vaut avoir un diaporama dans sa manche.

Non seulement pour savoir ce que l’on va dire, et dans quel ordre. Mais aussi pour pallier les inévitables défaillances techniques. Je me souviens d’une de mes premières formations, l’an passé, où je devais présenter notre portail… qui n’a pas daigné fonctionner une heure durant. Heureusement que j’avais des captures d’écrans à présenter aux étudiants !

Et ce n’est pas tout de créer un diaporama, encore faut-il le mettre à jour. PubMed ajoute sans cesse de nouvelles fonctionnalités à son interface. Pascal abandonne l’interface WebSpirs pour passer sous Ovid SP, etc. Autant de diapos qu’il faut reprendre en catastrophe.

Du coup, réaliser des captures d’écran est une activité quasi-quotidienne. Pour ce faire, j’utilisais jusqu’à présent l’excellent logiciel gratuit Paint.net. Mais une extension Firefox a, une nouvelle fois, changé ma vie.

Il s’agit de Screengrab, qui vient se loger discrètement en bas de votre fenêtre de navigateur. Et là, un clic suffit (sur cette icône en bas, ou un clic droit) pour, au choix :

- faire une capture d’écran de la page active, dans sa totalité ;

- ou bien seulement la partie qui apparaît à l’écran ;

- ou bien seulement une toute petite partie de la page, qu’on sélectionne à la souris.

Le tout est envoyé dans le presse-papier, ou directement sauvegardé sous la forme d’un fichier image dont vous déterminerez le format. Plus besoin de passer par un logiciel tiers, aussi simple et excellent soit-il.

Enjoy !

  • Share/Bookmark

A pu annales

Samedi 21 juin 2008

Jeune acquéreur, méfie-toi des retards dans tes commandes !

Notamment pour les annales de l’ECN, ces publications annuelles qui ont l’air de vivre ce que vivent les roses : si tu tardes un mois de trop pour les commander, tu vas te retrouver confronté à la rupture de stock. Et les annales de l’année, on n’est pas sûr du tout d’en voir apparaître un deuxième tirage !

Note pour plus tard : ne jamais trop tarder pour les commandes, surtout pour l’ECN !

  • Share/Bookmark

Encore plus d’étudiants !

Mercredi 18 juin 2008

Lu dans le Canard enchaîné de cette semaine :

Notre président aurait envisagé, le 11 juin dernier, devant des sénateurs, de supprimer le numerus clausus à la fin de la première année de médecine. Ce qui signifie beaucoup plus d’étudiants en deuxième, puis en troisième, puis en quatrième année, et ainsi de suite…

C’est peut-être une bonne nouvelle pour les étudiants, mais pour les bibliothèques ? Ca veut dire encore plus de public, dans des espaces déjà surchargés pour certains, et qui ne sont guère extensibles… Il y a déjà des étudiants qui bossent dans le couloir devant la bib, faute de place en salle. S’ils sont trois ou quatre fois plus nombreux, pourra-t-on encore passer dans le couloir ?

À suivre…

  • Share/Bookmark